Accueil > En classe > Découverte d’un architecte brésilien : João Batista Vilanova (...)

Découverte d’un architecte brésilien : João Batista Vilanova Artigas

jeudi 17 décembre 2015, par Webmaster


João Batista Vilanova Artigas est architecte, ingénieur, urbaniste et professeur. Il est né le 23 juin 1915 à Curitiba au Brésil et est décédé le 12 janvier 1985 à Sao Paulo.


SA FORMATION : Il reçoit un diplôme d’ingénieur-architecte à l’Ecole Polytechnique de l’Université de São Paulo en 1937. En 1947, il obtient une bourse d’études de la Fondation Guggenheim, ce qui lui permet de voyager 13 mois à travers les Etats-Unis.


SA VIE PROFESSIONNELLE : En 1937, il ouvre son bureau de projets et construction : « Artigas & Marone Ingénieurs », avec Duílio Marone. Parallèlement il participe à de nombreuses expositions artistiques à São Paulo. En 1944, il quitte le bureau et décide de monter le sien avec l’ingénieur Cascaldi. Il s’affilie au Parti Communiste Brésilien en 1945. En 1948, il enseigne dans la toute nouvelle Faculté d’Architecture et Urbanisme de l’Université de São Paulo. Avec l’affirmation de la Guerre Froide, il radicalise le ton idéologique de ses propos, particulièrement dans les textes qu’il écrit pour la revue marxiste « Fundamentos ». Il part en Union Soviétique mais est déçu par l’art et l’architecture du Réalisme Socialiste. Il passe alors par une période de crise professionnelle qui s’étendra jusque dans les années1950. Puis il réalise les résidences Olga Baeta (1956), Rubem de Mendonça ("maison des triangles") en 1958, et la seconde résidence Taques Bittencourt en 1959, avec des portiques en béton armé. Il commence une série de projets scolaires pour le Gouvernement de l’Etat de São Paulo parmi lesquels se distinguent les gymnases d’Itanhaém et de Guarulhos. Ces projets, réalisés sous l’administration de Carvalho Pinto, marquent le début des rapports entre architecture moderne et pouvoir public jusqu’alors presque inexistants à São Paulo. En 1961, à São Paulo toujours, il effectue une séquence notable de projets qui définissent les principales lignes de la dénommée "école pauliste" : le Anhembi Tennis Club, le Garage de Bateaux du Yacht Club Santa Paula et le bâtiment de la FAU/USP, dans la Cité Universitaire. Après le coup d’état militaire de 1964, il est fait prisonnier. Peu après, il s’exile en Uruguay et vit dans la clandestinité. Puis il rentre et retourne à la faculté de São Paulo en 1967 pour y donner un cours inaugural où il rejette la lutte armée. En 1969, il est de nouveau licencié de la faculté. Il n’y retournera qu’après l’amnistie en 1979, comme assistant. En 1984, il réassume son poste après avoir passé un concours de professeur titulaire. Il est l’un des plus importants architectes brésiliens et a reçu, de l’Union Internationale des Architectes, les prix Jean Tschumi en 1972, pour sa contribution à l’enseignement de l’architecture, et le prix Auguste Perret en 1985, pour son œuvre.


CE QU’IL A FAIT POUR L’ARCHITECTURE : Engagé dans le mouvement en faveur de la règlementation de la profession, il fonde avec d’autres collègues en 1944, la représentation de l’Institut des Architectes du Brésil. En 1962, il propose des innovations didactiques marquantes pour la "réforme de l’enseignement" de l’architecture à la faculté, définissant des critères de cursus que de nombreuses écoles d’architecture adopteront.


SES PLUS GRANDES REALISATIONS : Outre d’innombrables résidences, bâtiments commerciaux et résidentiels, institutions et écoles, Artigas a laissé des projets reconnus internationalement :


• À São Paulo : Le siège de la Faculté d’Architecture de USP-FAUUSP et le Stade du Morumbi.


• À Londrina : L’ancien poste routier (aujourd’hui transformé en musée), la Maison de l’Enfant et le Ciné Or Vert, ancien Poste Routier.<


• À Curitiba : l’ Hôpital São Lucas, la Maison Vilanova Artigas et la Résidence Niclievicz.

A l’occasion du centenaire de sa naissance, de nombreuses expositions et documentaires seront réalisés afin de faire connaître l’oeuvre et la vie de cet architecte important.

Article réalisé par les élèves de 5ème